AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 À cinq ans mon frère m'a dit "Je t'aime"

Aller en bas 
AuteurMessage
MiaKym
~¤ MiaKym - La Créachose? ¤~
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 27
Localisation : Honnêtement... totalement perdu
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: À cinq ans mon frère m'a dit "Je t'aime"   Mar 22 Mai - 14:57

Alors voilà, j'avais quelques nouvelles litéraires à lire dans le cadre d'un cour de français, en général je les trouvais pas terribles, mais une d'entre elles m'as touché, je sais pas pourquoi, probablement parce que l'histoire est minione, enfin, je vous laisses en juger. Je l'ai trouvé assez joli pour me tapper de la réécrire (plusieurs fois) a l'ordinateur. Elle n'est pas de moi, c'est un quelconque écrivain qui l'as faite, je ne me rappelle plus qui, mais la voici:

Onze aout 1959. Mon frère a appris aujourd'hui de la bouche de son médecin qu'il ne vivra pas vieux. Le docteur a averti ma mère cet après-midi:« Avec les problèmes respiratoirs qu'il a, ça m'étonerait qu'il passes le cap des 20 ans. Il a déjà le coeur d'un vieillard. Tenez, prenez cette prescription. Ne vous étonez pas quand on vous donnera des cigarettes à la pharmacie, c'est la dernière trouvaille pour les asthmatiques! Ça vient de russie.»

Depuis une heure, je fais la même chose que mon frère: j'écris à coté de lui sans dire un mot. Il m'a laissé m'assoire à satable de travail. Habituellement, il ne m'accepte jamais dans sa chambre. Mon frère à seize ans, j'en ai 5. Je regarde mon frère écrire des poèmes en tirant sa cigarette russe et je fais comme lui. Je dessines despetites vagues d'un bout à l'autre d'une ligne et je recommance sur l'autre ligne sans m'arrêter. Ça fait une heure qu'on est dans sa chambre...

Je voudrais lui dire que je l'aimes. J'ai entendu ces mots là chez les Vaniers cet après-midi. Je n'avais encore jamais vu ça de près des adultes qui se disent qu'ils s'aiment, encore moins qui s'embrassaient. C'est Mr. Vanier qui à dit ca à Mme Vanier en la prenant par la taille.

Hubert est dessendu en courant, suivit de Jeanne. Le téléphone sonnait. C'est Hubert qui à répondu:
- Mr et Mme Vanier, ils sont en train de faire l'amour. Voulez-vous rappeler plus tard?
Les Vanier, ce sont nos nouveaux voisins depuis un mois. Mes parents les trouves étranges...

Je regardes mon frère écrire, je le trouve beau, surtout quand il a ses pentalons noirs et sa chemise blanche comme maintenant. Je me demandes comment attirer son attention...
- Est ce que je peux prendre une cigarette?
Mon frère s'arrête un instant, me regarde comme si c'était la première fois qu'il me voyait. Il pousse le paquet vers moi, j'en prends une. Je tire ma première bouffée sans m'étoufée. Il se remet à écrire en continuant de m'ignorer. Il croit peut-être que je ne sais pas ce que c'est la mort. Il se trompe, je l'ai vu de près avec Huber et Jeanne la semaine dernière. J'ai faillit me noyer, mais je ne l'ai dit à personne... Je fume à coté de mon frère, en faisant des vegues sur ma feuille.

Depuis que je sais qu'il va mourir, je me demande comment lui dire que je l'aimes. On a jamais utilisé ces mots là chez nous. J'écrase macigerette et je me retourne vers lui. Il est toujours penché sur sa feuille. Je ne lui ai pas parlé de mon week-end chez les Vaniers, on ne se parlent pas dans la famille.

- Moi pis le grand Vanier on a presque fait l'amour. On s'est approché, proche, proche, mais on l'a pas fait.
- Tu sais même pas ce que c'est.
- Oui je le sait, j'ai vu les parents de Huber et Jeanne le faire.

Mon frère me regarde avec un sourir moqueur. Mon frère ne sourit jamais.
-Ah oui. Et comment ils font ca?

Je grimpe sur ma chaise, mon frère est debout face à moi.
- Passes ton brat autour de ma taille.
Il ne bouge pas. Je prends son brat et le pouse sur à la hauteur de mes reins. Ma mère crie que le souper est prêt.
- Maintenant, dis je t'aimes.

Mon frère me regarde longtemps, son visage change d'expression, devient dur. C'est son visage habituel. Ses sourcils sont froncés. Il est né avec les sourcils froncés comme si il n'était pas content de venir au monde, a déja dit mon père. Je lui annonce:

- Quand j'aurai vingt et un ans, je veux me marier avec toi.

Mon frère ne bouge pas. Sa lèvre inférieur se mets à trembler. Ma mère crie une deuxième fois impatiante que le souper va être froid.

-Quand j'aurai vingt et un ans je...

Mon frère mets ses deux brat autour de ma taille. Je pose mes lèvres sur les siennes en continuant de le regarder. Ma mère entre.

- Voyons, c'est quoi ces niaiseries-là?
- On est entrain de faire l'amour.
Ma mère claque la porte en criant quelque chose à mon père qui vient juste de rentrer. J'embrasse mon frère en fermant les yeux, maintenant je sent les larmes de mon frère couler sur mes lèvres.

Quand j'aurai vingt et un ans j'aurai connu la mort de près, j'aurai déjà fait l'amour depuis longtemps et j'aurai enterré mon premier ament.
11 aout 1959, mon frère m'a dit je t'aimes sur ma bouche...


Ce n'est pas une histoire d'inceste!
Tant pis pour ceux qui n'arrivent pas a y voir autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.exil.darkbb.com
 
À cinq ans mon frère m'a dit "Je t'aime"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le domaine des cinq autels
» mélange de cinq épices
» Record du monde : 50 litres de bière avalés en moins de cinq minutes
» Saint Nicolas de la Thune, le petit frère des riches !
» Arte tournage de cinq épisodes de l'émission « Détour(s) de Mob »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Écriture :: Nouvelles litéraires-
Sauter vers: