AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'amante de la Mort

Aller en bas 
AuteurMessage
MiaKym
~¤ MiaKym - La Créachose? ¤~
avatar

Nombre de messages : 248
Age : 27
Localisation : Honnêtement... totalement perdu
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: L'amante de la Mort   Jeu 14 Juin - 12:38

L'amante de la Mort


Elle s’est levé, est allé a la fenêtre. Ça se passait toujours ainsi. Lorsqu’elle s’attachait un peu a quelqu’un, il fallait qu’il parte. Pourtant elle n’était pas une femme compliquée. Des fleurs et elle était contente, un baisé et elle était comblé. C’est tout. Pas plus compliqué. Mais pourquoi les hommes ne pouvaient-ils pas se contenter de petites choses? Pourquoi fallait-il qu’ils en demandent ou en fasses toujours trop?

Elle vit s’arrêter devant l’appartement où elle logeait un taxi; peut-être Mr. Dupré qui sortait? Il allait rejoindre sa femme sans doute. Elle était bien chanceuse sa femme d’ailleurs. Pourquoi est que son ancien petit copain a elle n’était pas du genre de Mr. Dupré? Pratiquement tous les mêmes, ces hommes. Si ils trouvent les femmes compliquées c’est bien parce qu’ils n’arrivent pas a voir que tout ce qu’on demande c’est qu’ils soient là, à nos côtés. Pas besoin de voyage en Floride a tous les mois, un film un week end avec du Pop Corn ça ferait l’affaire, tant qu’il serait là. Mais non, trop compliqué pour monsieur, bien entendu elle va le larguer si il ne dépense pas tout son argent pour elle. Les hommes peuvent être si bêtes parfois. Et puis elle en avait mare. Elle avait eut tant de petit copains, tous bien différents pour ce qui était de la personnalité, et il n’y en avait pas un seul qui avait trouvé le moyen de s’approprier son cœur. A chaque fois quelque chose clochait. Quand ce n’était pas un égocentrique, c’était un plouc qui ne savait pas ce que voulait dire « amour sans sexualité ». Ou alors si il n’était pas obsédé par son travail il était toujours a la maison a s’occuper d’elle. C’est bien beau d’avoir de l’attention mais comment occuperait-elle ses journées et il ne lui laissait rien faire? Trop dangereux d’aller au centre-ville, il allait faire les courses et elle aurait pu tomber sur un voleur armé. Le ménage? Non plus, il fallait éviter qu’elle s’épuise. À force c’en était lassant.

Le taxi démarra, elle détacha son regard de l’extérieur et en revint au salon, se souvenant de la tache sur le tapis. Pas de chance, celle-la était plus grosse que les autres, elle ne partirais pas aussi facilement. Même quand c’est elle qui faisait tout il fallait que son homme trouve le moyen de faire une bêtise, c’était exaspérant. Tant pis, elle nettoierait, comme les autres fois… les autres fois. Quel plaisir elle avait éprouvé avec ces hommes, tous pour des raisons différentes mais le plaisir était toujours au même niveau lorsqu’elle passait a l’acte. En plus, aucun d’eux n’avait essayé de se rattraper; ils avaient suppliés, certes, mais sans intentions particulières, ils étaient « trop jeunes pour mourir » selon eux, et puis quoi encore. Personne n’est trop jeun pour mourir, la mort vient un jour ou l’autre, il n’y a pas d’âge pour ça et il faut être idiot pour croire que c’est le cas. Ceux qui mourraient de a la guerre, étaient-ils trop jeunes pour mourir? Pas selon ceux qui les y envoyaient et la mort en tout cas. Alors pourquoi eux le seraient? Ils n’avaient pas su y répondre a celle-là, la majorité d’entre eux s’étaient simplement mis a pleurer et les autres avaient continué de supplier. Ce n’était pas a les entendre qu’elle avait eut du plaisir, non, elle trouvait cela assez décevant d’ailleurs, mais a les tuer… c’est une autre histoire. Jamais elle n’avait ressentit un sentiment aussi fort que celui-là, tellement indescriptible et complexe a la fois. Captivant et envoûtant, plus rien n’existait autour sinon les cri de sa victime sous la souffrance de la lame s’enfonçant dans sa chaire alors que lui était dans l’impossibilité de bouger. Jaques ça avait été plus difficile puisqu’il passait au Gym souvent, mais avec un somnifère plutôt qu’un simple calmant elle était parvenue à l’attacher. Elle n’éprouvait pas de regret a poser cet acte, ces hommes ne l’avaient pas suffisamment satisfaite pour cela, et puis ce que lui donnais l’ange noir en retour aurait fait en sorte qu’elle accepte leur marché même si elle n’avait pas éprouvé ce plaisir a les tuer. Il était étrange tout de même qu’elle qui avait besoin d’une présence de son homme pour être comblée puisses être tombé amoureuse d’un être qui normalement n’avait que très peu de disponibilité. Heureusement là était le but de leur marché; si elle tuait a sa place ça lui faisait un congé, donc elle pourrais enfin être avec lui, être heureuse après tant d’attente. Il était si parfait; sublime, captivant, mystérieux. Elle avait eut de la chance de pouvoir faire sa connaissance, ce ne serait jamais arrivé si elle n’avait pas eut cet accident de voiture un an auparavant et heureusement que ce chauffeur ivre s’était trouvé là a cette heure parce qu’elle avait l’habitude d’être prudente, sur la route. Il avait été sa seconde victime d’ailleurs, quelle ironie.

Ce qu’elle l’aimait, son ange. Elle aurait tout fait pour lui. Plus rien ne lui faisait peur, il était là pour la protéger comme un Ange normal l’aurait fait, et grâce a lui la mort, qui semblait horrible pour certains, serait pour elle la plus belle chose qui ne lui soit arrivé, parce qu’enfin ils seraient réunis et cela sans qu’elle ai a tuer pour qu’il puisse venir. Ce jour là elle serait bien heureuse, l’amante de la mort…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.exil.darkbb.com
 
L'amante de la Mort
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» 1087 - Mort de Guillaume le Conquérant à Rouen ...
» Paulo le poulpe est mort !!!!!!!!!
» Forum Mort Sûre
» Questions sur la vie apres la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Écriture :: Nouvelles litéraires-
Sauter vers: